Ma méthode pour faire un audit de site web

Texte bleu sur fond blanc. Le texte indique : "Audit de site web. Comment faire ?"

Avant de mettre au point une stratégie digitale, je réalise toujours un audit des supports de communication actuels, et notamment du site web. Au-delà des contenus, j’analyse d’autres éléments importants pour le référencement mais surtout pour les internautes. Je vous explique ici ma méthode.

Qu’est-ce qu’un audit de communication et pourquoi en réaliser un ?

Un audit est un état des lieux, une analyse de l’existant. L’audit d’un site web permet de faire le point sur celui-ci : le référencement, les contenus, l’expérience utilisateur, etc. Il permet de relever les points forts et les axes d’amélioration d’un site web. C’est important de refaire cet audit régulièrement, au moins une fois par an, pour adapter votre stratégie.

Quel éléments analyser lors d’un audit de site ?

1) Les contenus

Vérifiez que vos utilisateurs puissent accéder facilement à vos contenus, et que ceux-ci soient complets et pertinents.

Vous avez tout intérêt à mixer différents formats. Infographies, vidéos, podcasts…. sont les bienvenus. Tout le monde n’aime pas lire, pensez-y ! Le mieux est d’ouvrir un blog qui vous permettra de rédiger des articles, et d’y intégrer d’autres formats.

L’idée ici n’est pas de vous expliquer comment écrire un bon article de blog, mais simplement de rappeler quelques règles essentielles.

Soyez clairs. Le jargon est à bannir. Si vous utilisez des abréviations, expliquez-les. Pour le vocabulaire technique, vous pouvez mettre une petite définition en dessous, ou rediriger vers une définition.

Evitez à tout prix les contenus dupliqués. Déjà parce que Google pénalise fortement ces contenus dupliqués. Mais surtout, si vous copiez-collez des textes qui existent déjà sur internet… quel est l’intérêt ? Vous n’apportez pas de valeur ajoutée à votre lecteur, s’il peut retrouver exactement les mêmes infos ailleurs. Par contre, évidemment, vous n’allez pas réinventer la roue. Des millions de textes ont déjà été écrits sur Internet, donc le sujet sur lequel vous écrivez a sûrement déjà été traité dans un autre article. Mais si vous y apportez votre personnalité et votre expertise, votre contenu sera unique !

Pour vérifier que vos contenus soient optimisés pour le référencement naturel, je vous conseille dans un premier temps d’installer le plug-in Yoast SEO, si vous êtes sur WordPress. Il vous permettra de vérifier que votre contenu est à la fois optimisé pour le référencement mais aussi qu’il est lisible. Ensuite, vous pouvez faire un audit SEO plus poussé avec un outil comme SEOptimer.

N’oublie pas de dater vos articles de blog et de les mettre à jour régulièrement.

Si vous avez des contenus publicitaires, ou sponsorisés, pensez à les identifier comme tel.

S’il y a un espace commentaires, expliquez les conditions de modération de ces espaces, et proposez aussi un moyen de signaler les abus.

2) Les données personnelles

Avez-vous des conditions générales de vente et une politique de confidentialité sur votre site ? Sont-elles accessibles depuis toutes les pages ? Je vous conseille de mettre un lien vers celles-ci dans le footer, ou pied de page, de votre site. Ainsi, vous êtes sûr·e qu’elles sont accessibles de partout. Décrivez bien la procédure d’accès et de rectification des données personnelles.

Avez-vous un bandeau informant sur la collecte des cookies sur votre site ? Les internautes ont-ils le choix d’accepter ou de refuser les cookies ?

S’il y a besoin de créer un compte sur votre site, il faut que cette création de compte soit possible sans recours à un système d’identification entière. Vous pouvez proposer aux internautes de s’identifier avec Google ou Facebook, par exemple, mais il faut aussi que ce soit possible d’une autre manière. Assurez-vous que les internautes puissent accéder à leurs données personnelles. Peuvent-ils modifier leurs informations et supprimer leur compte facilement ?

Autant de points à vérifier pour être tranquille avec le Règlement Général de Protection des Données.

3) Le e-commerce

Si vous vendez des produits en ligne, il faut que le parcours d’achat soit simple et qu’il n’y ait pas de problème pour l’internaute. Il a déjà choisi ses produits, il a pris une décision d’achat ; ce serait dommage qu’il abandonne son panier parce qu’il ne trouve pas le bouton « Payer » !

Classiquement, un parcours d’achat se déroule comme suit : l’internaute arrive sur votre site d’une manière ou d’une autre, en recherchant un produit spécifique ou grâce à un article de blog, par exemple. Il clique sur un produit, peut consulter les détails, ajouter le produit au panier, choisir la quantité qu’il désire… Il peut ensuite poursuivre sur le site ou valider le panier. S’il valide le panier, il doit alors se connecter ou remplir ses coordonnées. Il choisit son mode de livraison, son moyen de paiement, et règle sa commande. Évitez les étapes intermédiaires et superflues, ça ne fera que nuire à l’expérience utilisateur.

Pensez aussi à fournir toutes les indications spécifiques à votre boutique en ligne. Par exemple, si vous expédiez vos produits à l’étranger, précisez la liste des pays où vous livrez avant que l’internaute n’ait besoin de remplir son adresse. Détaillez aussi les délais de livraison, les conditions de retours, de remboursement, les garanties, etc.

Enfin, s’il y a des offres spéciales et des promotions, soyez clairs : précisez la période et les conditions de validité.

4) Les formulaires

Vous avez sûrement plusieurs formulaires sur votre site : un formulaire d’inscription à la newsletter, un autre pour créer un compte, télécharger une ressource sur votre site…

Les formulaires doivent être accessibles à tous et simples à remplir. Indiquez clairement ce que les internautes doivent remplir (leur nom, prénom, etc). Vous devez aussi indiquer si la saisie est obligatoire ou non. C’est souvent une petite astérisque rouge qui signale que ce champ est obligatoire.

Indiquez aussi les formats de saisie à respecter, notamment pour les numéros de téléphone ou les adresses e-mail. Et si l’utilisateur commet une faute, un message d’erreur clair doit apparaître. Une fois le formulaire validé, vérifiez qu’un message de confirmation apparaît.

5) Identification & contact

Pensez à bien préciser comment vous contacter. Le plus simple est d’indiquer dans le pied de page, ou footer (en bas de votre site web), votre adresse, votre numéro de téléphone et adresse mail. Il faut que votre client ou prospect puisse vous contacter facilement, et de plusieurs manières différentes.

6) Les images & médias

Les images de votre site doivent être de bonne qualité, sans pour autant être trop lourdes. Evitez les images supérieures à 100Ko. Cela ralentirait le site et pénaliserait le référencement, sans parler de l’expérience utilisateur qui serait mauvaise. Vous pouvez compresser vos images avec des outils comme TinyPNG.

N’oubliez pas de mettre des balises alt à vos images. Ces petits textes qui décrivent les images permettent à la fois de mieux les référencer, mais c’est surtout utile pour les personnes aveugles ou malvoyantes qui utilisent un lecteur d’écran.

Vous pouvez aussi mettre des vidéos, mais je vous conseille de les uploader d’abord sur une plateforme en ligne comme Youtube, puis de les intégrer à votre site. Ne les téléchargez pas directement sur votre site, elles vont l’alourdir énormément. Pensez aussi à sous-titrer vos vidéos, à la fois pour les personnes qui les regardent sans le son, mais surtout pour les sourds ou malentendants.

Évitez au maximum les animations et les clignotements. Ce n’est pas toujours très esthétique, et ça peut être aussi très dérangeant pour l’attention des internautes.

7) L’internationalisation

Si vous avez une clientèle étrangère, pensez à rendre votre site disponible en plusieurs langues, et au moins en anglais. La navigation entre les deux langues doit être fluide : si vous êtes sur la page « A propos » en français, et que vous changez de langue, vous devez tomber sur la page « About us » en anglais, et non sur la page d’accueil.

Pensez à indiquer votre pays dans vos coordonnées, ainsi que l’indicatif international pour le numéro de téléphone.

8) Les liens

Les liens externes, ou backlinks, sont des liens présents sur d’autres sites, et redirigeant vers votre site. L’idéal est d’en avoir beaucoup, venant de sites fiables et qualitatifs. Le Website Authority Checker permet de vérifier le nombre de backlinks, et donc l’autorité de votre site web. Concrètement, plus votre score est élevé, plus cela signifie qu’il existe des liens fiables redirigeant vers votre site. Si votre score est faible, il faut essayer d’obtenir plus de backlinks de haute qualité vers votre site web.

Les liens internes sont les liens entre les différentes pages de votre site. Chaque page doit être reliée via un lien à une autre page pour créer des connexions entre celles-ci. C’est ce qu’on appelle le maillage interne. Les liens internes s’ouvrent généralement dans un même onglet.

Il existe aussi des liens sur votre site, qui redirigent vers d’autres sites. Faites-en sorte que ces liens s’ouvrent dans un nouvel onglet, pour éviter que l’internaute ne sorte complètement de votre site.

N’oubliez pas d’ajouter un lien vers vos profils de réseaux sociaux. Ajoutez uniquement les liens des réseaux sociaux que vous utilisez vraiment. Ce serait dommage de donner une mauvaise image de votre organisation parce qu’il y a un lien vers un compte Twitter que vous n’utilisez plus depuis cinq ans.

Vérifiez que chaque lien est décrit de manière à ce qu’on sache vers quoi il renvoie. Par exemple, évitez le texte « En savoir plus » et privilégiez plutôt « Mes prestations« . Le soulignement est réservé aux liens, ne soulignez pas d’autres textes.

Enfin, il arrive que certains liens soient brisés. Pour vérifier cela, je ne peux que vous conseiller le site Broken Link Checker. C’est très simple d’utilisation : vous entrez l’URL de votre site, et l’outil vous fait une liste de tous les liens cassés, qui ne renvoient plus vers aucune page. Ensuite, soit vous supprimez le lien, soit vous le mettez à jour.

9) La navigation

La navigation sur votre site doit être simple et fluide. Si le site n’est pas réservé à un public spécifique, l’accès au contenu doit être immédiat. 

Évitez au maximum les pop-up ou fenêtres surgissantes. S’il y en a, faites en sorte que la croix pour la fermer soit bien visible et accessible. 

Il faut pouvoir revenir à la page d’accueil depuis toutes les pages, souvent via le logo de votre site, en haut à gauche. Ne cherchez pas à faire un site complètement excentrique. Les internautes sont habitués à certains codes : le menu dans le header (l’entête), les boutons d’inscription ou de connexion en haut à droite…

Une légende explicite doit accompagner les icônes de navigation (ex : l’icône du panier est accompagné du mot « panier »).

Mettez en avant les items actifs du menu. Concrètement, si vous êtes sur la page « À propos », elle doit ressortir différemment des autres items du menu. 

Il doit y avoir un plan de site accessible depuis le pied de page. Il permet aux internautes de se retrouver dans le site, et aux robots de Google de naviguer dans le site.

Enfin, vous pouvez ajouter un moteur de recherche interne, fonctionnel et accessible depuis toutes les pages.

10) La newsletter

Une newsletter est très utile pour collecter des adresses emails et maintenir un lien avec vos clients et prospects. Précisez clairement la promesse de votre newsletter (ce que vous allez y raconter) et la fréquence d’envoi avant que les gens ne s’abonnent.

L’inscription doit être soumise à un processus de confirmation. La désinscription doit pouvoir se faire facilement, depuis chaque newsletter et depuis votre site.

11) La présentation

Votre site doit être à la fois fonctionnel, ergonomique, accessible et bien présenté.

Vérifiez que vos pages respectent votre charte graphique et sont harmonieuses. Les couleurs et les typographies doivent être les mêmes partout, et refléter votre identité de marque.

Ensuite, les contenus sont-ils lisibles, présentés avec un contraste suffisant par rapport à leur arrière-plan ? Pour vérifier cela, je vous conseille l’outil Contrast Checker.

Ne justifiez pas vos textes ! Cela provoque un problème de lisibilité et une fatigue visuelle pour les internautes. Cela peut aussi provoquer des problèmes d’affichage. Alignez le texte à gauche.

Dernier point à vérifier : votre site est-il adapté à toutes les tailles d’écran ? Est-il facile de lire vos contenus sur mobile, sur tablette, sur ordinateur ? Sachez qu’aujourd’hui, 92,1 % des internautes surfent sur le web à partir d’un mobile ! (source : Le blog du modérateur).

12) La sécurité

Est-ce que votre site est sécurisé ? Si oui, vos URL doivent commencer par https et non http. Sinon, il faut absolument sécuriser votre site !

Sécurisez la création de compte sur votre site. Le mot de passe ne doit pas être transmis en clair, et les coordonnées bancaires doivent circuler en toute sécurité.

13) Le serveur et les performances

Pour vérifier les performances (c’est-à-dire la vitesse) de votre site Web, vous pouvez utiliser Page Speed Insights.

Pour améliorer vos performances, vous pouvez par exemple :

  • changer de serveur ;
  • compresser vos images ;
  • diminuer le nombre de ressources utilisées.

En conclusion

Un audit de site web peut prendre beaucoup de temps, et nécessite des compétences particulières. Ce n’est pas toujours évident non plus de prendre le recul nécessaire pour faire le point. C’est pourquoi, si vous avez besoin d’accompagnement, d’un oeil neuf sur votre site web, vous pouvez me contacter. C’est avec plaisir que je répondrai à vos besoins !

Sources : La checklist Opquast… et surtout mon expérience !

Partager cet article